Alimentation et cultures numériques: une soif sociale et politique

Les mutations culinaires de ces dernières années, évoquées par Hebel et Mathe, ont mis en lumière des désirs nouveaux quant à l’alimentation des individus dans les sociétés occidentales, caractérisés par une production locale, de qualités souvent biologiques et globalement tentant de s’éloigner des industries dominantes de l’agroalimentaire et de leurs déviances. La standardisation des plats et des modes de consommation mêlés aux crises identitaires de notre temps auraient participé à l’ancrage social et culturel nouveau de la nourriture dans une démarche nationaliste, ou du moins chauvine. Lire la suite de « Alimentation et cultures numériques: une soif sociale et politique »

Les tendances 2.0, faits éphémères ou ancrage pérenne ?

Il s’opérerait au sein d’une quête de soi une éventuelle perte de l’individualité au profit d’une universalisation des pratiques, celles-ci liées aux tendances véhiculées par les quelques influençeurs dominants la toile. Il y aurait autant un marketing du soi créé par les individus pour se démarquer et devenir à leur tour influençeurs qu’un désir de renouer avec les expériences simples du quotidien. Lire la suite de « Les tendances 2.0, faits éphémères ou ancrage pérenne ? »

Bonheur et réseaux sociaux : une quête de soi dans le regard de l’autre ?

Le bonheur serait un état de complète satisfaction. Il serait cet instant pendant lequel l’individu reconnaît avoir atteint le niveau le plus élevé de son bien-être personnel, et ce lors d’une expérience singulière. Le bonheur est une finalité recherchée chez les individus qui ne l’ont jamais connu, mais aussi un objet de quête pour ceux l’ayant trouvé puis rapidement perdu. Il permet donc de percevoir ou d’appréhender ce que serait notre vie si elle était maîtrisée, et alors de l’élever à un rang exceptionnel. Le sentiment de bonheur n’apparaît pas par hasard mais suite à une production de l’individu, une expérience désirée, choisie, préparée. L’homme heureux ne peut être passif. 

Lire la suite de « Bonheur et réseaux sociaux : une quête de soi dans le regard de l’autre ? »

Lorsque la table s’invite sur nos réseaux sociaux numériques

Pourquoi représenter l’art de la table sur les réseaux sociaux ? «L’une des formes vitales du lien social, à toutes les époques et dans toutes les cultures, est de partager sa table, sinon son repas. Manger ensemble prend alors une signification rituelle et symbolique bien supérieure à la simple satisfaction d’un besoin alimentaire.»3 Aujourd’hui, les cultures numériques n’y échappent pas. Dans un contexte d’universalité globalisée où tout un chacun communique sur sa vie à la vue d’un réseau venu du monde entier, partager sa table avec son ami de l’autre bout du monde, l’inconnu du pays voisin ou le membre d’une communauté d’un continent lointain demeure tout à fait possible. Lire la suite de « Lorsque la table s’invite sur nos réseaux sociaux numériques »