Musiques électroniques et Do It Yourself : esthétique d’une époque en mutation

À la fin des années 1980, le mouvement techno et plus largement les musiques électroniques touchent les abords de la France jusqu’à se développer considérablement dans les années 1990. S’inscrivant dans le champs médiatique, représenté par les célébrités de l’époque et apeurant les politiques et conservateurs, la musique électronique a trouvé dans les années 1990 son premier point d’ancrage pour les raisons précises que l’époque correspondait à ce désir de liberté et d’émancipation. En 1989, le mur de Berlin tombe et rassemble l’Europe, et de nouvelles possibilités d’avenir s’ouvrent à la jeunesse européenne et française. La fin de la guerre froide est célébrée et marque un tournant majeur dans la construction identitaire, politique et sociale des générations contemporaines.

Lire la suite de « Musiques électroniques et Do It Yourself : esthétique d’une époque en mutation »

Publicités

Techno : naissance urbaine et vibrations post-industrielles.

Nouvelles technologies, inventions de machines musicales commercialisées, déconstructions des codes musicaux… La seconde partie du XXe siècle réalise les espérances des futuristes du début du siècle (dont je parlais ici) et permet la libération des valeurs artistiques normatives de l’époque, l’émancipation individuelle et collective. Au moment où l’informatique et le numérique apparaissent dans le processus de création musical, puis avec l’arrivée d’Internet dans le paysage contemporain dans les années 1990, les pratiques dans la musique électronique connaissent un nouveau tournant symbolique. Lire la suite de « Techno : naissance urbaine et vibrations post-industrielles. »

L’art du Do It Yourself : l’impertinence pour l’émancipation

Quel autre domaine que l’art pourrait se targuer d’être plus proche de la philosophie Do it Yourself ? Si pendant longtemps il n’aurait eu que pour seul objectif la représentation des figures divines, il est devenu avec le temps partenaire du profane et s’est libéré du pouvoir en découvrant sa possible visée émancipatrice, tout en restant souvent contraint à de nombreuses normes issues du classicisme. Des individus se sont libérés de ces règles au début du XXe siècle.