Les tendances 2.0, faits éphémères ou ancrage pérenne ?

Il s’opérerait au sein d’une quête de soi une éventuelle perte de l’individualité au profit d’une universalisation des pratiques, celles-ci liées aux tendances véhiculées par les quelques influençeurs dominants la toile. Il y aurait autant un marketing du soi créé par les individus pour se démarquer et devenir à leur tour influençeurs qu’un désir de renouer avec les expériences simples du quotidien. Lire la suite de « Les tendances 2.0, faits éphémères ou ancrage pérenne ? »

Publicités

Techno : naissance urbaine et vibrations post-industrielles.

Nouvelles technologies, inventions de machines musicales commercialisées, déconstructions des codes musicaux… La seconde partie du XXe siècle réalise les espérances des futuristes du début du siècle (dont je parlais ici) et permet la libération des valeurs artistiques normatives de l’époque, l’émancipation individuelle et collective. Au moment où l’informatique et le numérique apparaissent dans le processus de création musical, puis avec l’arrivée d’Internet dans le paysage contemporain dans les années 1990, les pratiques dans la musique électronique connaissent un nouveau tournant symbolique. Lire la suite de « Techno : naissance urbaine et vibrations post-industrielles. »

De l’hédonisme culinaire à la française à la culture food globalisée : une évolution plurielle

Beaucoup de tendances m’interpellent sur les réseaux sociaux. Mais il y a en a une en particulier, traversant le temps, les sociétés et les cultures, qui m’intéresse aujourd’hui : la nourriture. Ou plutôt, l’art de la table. Mon hypothèse ? La cuisine est bien régie par un ordre social, culturel et pas seulement biologique. Et la tradition culinaire française, hédoniste, se doit bien d’évoluer avec son temps : celui de l’ouverture.

Lire la suite de « De l’hédonisme culinaire à la française à la culture food globalisée : une évolution plurielle »

Spring Breakers de Harmony Korine : La société de l’obscène

Il y a trois ans, le film Spring Breakers d’Harmony Korine m’avait subjugué, hypnotisé. Face à cette véritable perle visuelle et musicale, audacieuse et originale, j’avais pris le temps de le revoir plusieurs fois, pour être bien certaine du cadeau que son réalisateur nous avait offert. La fièvre de la surprise étant passée, j’ai décidé de me replonger dans ce qui restera certainement l’une des plus belles séquences du film. L’objectif ? Comprendre pourquoi et comment il a autant touché,  dérangé, enivré voire dégoûté. Le lien : Une obscénité.

Lire la suite de « Spring Breakers de Harmony Korine : La société de l’obscène »